66 documents
46/66 results        
Notice
TitreNotre-Dame de Paris de Jean Delannoy, Cinéma 57, n° 15, février 1957.
DateVendredi 1 Février 1957
Auteur(s)Michel Chilo
SourceCinéma 57
Filmographie
Texte

« Notre-Dame de Paris »

 

Si Notre‑Dame‑de‑Paris ne nous donnait l'occasion de relire pour la première fois depuis quatre ans le nom de Jacques Prévert sur un générique, ce film mériterait à peine qu'on en parle.

Il est donc d'autant plus fâcheux de constater, en cette même occa­sion à quel point de médiocrité peut descendre, pour une produc­tion dite de prestige, un certain cinérna qu'il est convenu d'appeler le cinéma français.

Sans doute n'y a‑t‑il pas lieu de se fâcher : aussi bien n'est‑ce pas la première fois que la cathédrale aura accouché d'une souris. (Nous éviterons, par pure charité à l'égard du film de Jean Delannoy, de par­ler des versions américaines de Wallace Worsley (1922) et de Wil­liam Dieterle (1937).

Regrettons seulement, sans illusions, que d'un roman écrit en style de potache, mais par moment fort divertissant, les adaptateurs n'aient tiré qu'un si maigre scénario, et duquel, avec l'assistance du réali­sateur, semble avoir été systémati­quement banni toute matière cinématographique.

Devant un aussi piteux résultat, je renonce personnellement à dis­cerner la participation de Jacques Prévert.

Concluons‑en simplement que la mégalomanie du père Hugo se si­tuait sur un plan incontestablement différent des préoccupations des frères Hakim, et à plus forte raison des prétentions personnelles de Jean Delannoy.

Les impératifs commerciaux qui ont sensiblement modifié le person­nage de Claude Frollo, dont le ca­ractère ecclésiastique a été complè­tement escamoté, ont en même temps fait disparaître toute trace de cette frénésie romantique du roman, avec ce qu'elle pouvait con­server de fantaisie ou d'humour, même involontaire, Jean Delannoy se chargeant du reste.

Spécialiste du genre, ce médiocre technicien semble ici, à la suite d'un palmarès pourtant chargé, reculer les limites de l'ennui. Performance d'autant plus remarquable, s'agis­sant d'un film d'aventures.

Pour se convaincre, par compa­raison, du talent de conteur de Hugo, il n'est que de se rappeler comment ce parfait technicien du feuilleton faisait, en dix pages où le grotesque le disputait à l'horri­ble, dégringoler son prêtre criminel du haut des tours de Notre‑Dame, quand Delannoy expédie sa victime de la manière la plus banale, avec un manque de style qui doit ren­contrer la réprobation, sinon de Thomas de Quincey, du moins de tous les gens de goût.[…]

Figuration, direction d'acteurs, mise en scène sont trai­tées dans un style qu'est en passe d'abandonner l'opéra. comique.

Aussi, quoique dans des styles différents, seuls des comédiens de la classe d'Alain Cuny et Jean Tis­sier échappent‑ils au ridicule. La finesse de la taille de Lollobrigida justifie mal l'interminable pantomine à laquelle, sous prétexte de danser, elle se livre ; et indépendamment de la vulgarité de son jeu comme de son physique, la lourdeur ro­maine de sa plastique convient fort mal au personnage de la Esmeralda, restant bien éloignée de l'idéal de beauté romantique.

On ne saurait en vouloir à l'excel­lent opérateur Michel Kelber de n'avoir eu que des couleurs, des danses à se mettre sous l'objectif ; mais la partition qu'a signée M. Georges Auric me semble encore plus mauvaise que les précédentes. Il aurait intérêt à faire faire sa musique par un autre.

Michel Chilo.

P.‑S. ‑ M. Jean Delannoy, à propos d'une enquête sur l'érotisme au cinéma, précise sa position dans un grand hebdomadaire culturel. Nous ne résistons pas au plaisir de la citer en entier : « J'abandonne volontiers aux censures la fesse, mais je leur disputerai toujours les grands mouvements du cœur et de l'esprit, fussent‑ils en contradiction avec le sens commun, la ”société” » et les “bonnes moeurs” ».

file attachment

NDPDELANNOY02.doc (23.5 ko)

46/66 results        

 

Éditeurs : Delphine Gleizes et Denis Reynaud [UMR IHRIM]

Site créé par Gérald Foliot avec webActors

Contact :

Hébergement : TGIR HUMA-NUM

© 2006-2016 CNRS / Université Lumière Lyon2

Dernière mise à jour: mardi 21 novembre 2017 (08:45) +

Rendu de la page en 0.009s  


ID  Passe